JURY AWARD!

La pièce Origami I a été récompensée par le prix du jury de cette édition 2022 de Figure1A.

.

Texte curatorial de Adrien Burki, écrivain et documentaliste en histoire de l’art, à l’UNIL

C’est par la construction de récits que nous appréhendons, donnons et trouvons du sens à ce qui nous entoure. Dans un double et perpétuel mouvement, les sciences ne font pas autre chose, en cherchant à découvrir, dévoiler et décrire les origines et l’organisation du monde, du réel, du vivant, en même temps qu’elles construisent un discours pour les rendre visibles et compréhensibles. Ce parcours n’a rien de linéaire ni d’évident : bifurcations, carrefours, impasses et ascensions difficiles jalonnent sa route, autant qu’elle trace, aplanit ou révèle de nouveaux passages, parfois des raccourcis. Les itinéraires que l’art suit et dessine suivent des directions comparables, qui donnent à voir, à percevoir, à sentir, dans un chemin semé autant de doutes que de fulgurances, une ou plusieurs formes de vérité.

Que la recherche scientifique soit guidée par un souci d’objectivité, alors que la création artistique est l’expression d’une subjectivité, ne suffit pas à les séparer : liées comme les deux faces qui délimitent une même médaille, elles cherchent toutes deux à mettre au jour ce qui est caché, chacune avec ses méthodes et ses pratiques propres. En les réunissant chaque année dans une exposition, depuis maintenant six ans, [Figure 1.A] superpose et réunit ces deux démarches dans une voie commune, mettant en évidence leur imbrication d’abord surprenante, puis évidente : science et création font plus que faire bon ménage, elles se nourrissent et s’enrichissent l’une l’autre.

Cette conviction est cette année plus que jamais affirmée par le comité de l’association organisatrice de l’exposition : le concours était en effet ouvert non seulement aux scientifiques, mais aussi aux artistes, mêlant plus encore les frontières entre les disciplines. Les 30 œuvres ici rassemblées, sélectionnées par un jury parmi 149 propositions provenant de 19 pays, matérialisent cette ambition convergente : poser, à travers la beauté et le mystère de ces images, un regard neuf sur les sciences, recourant à l’esthétisme et à l’art pour raconter autant ce qu’elles cherchent que les manières dont elles cherchent, par le prisme de visions tantôt énigmatiques, tantôt limpides, toujours suggestives, qui invitent les visiteur•euse•x•s à se les approprier en les prolongeant de leurs propres lectures.

Pour en savoir plus: « the story behind » .

Le Temps 22.9.2022

Origami I – encres sur photographie sur bois – epoxy – 28 cm x 28cm, 2022

.

.

.

.

.

Laisser un commentaire